Prothèse dentaire : quels sont les matériaux à privilégier ?

Dans un monde où l’aspect esthétique est devenu une priorité, il est tout à fait normal que des dents blanches et parfaitement alignées soient un standard de beauté reconnu.

De ce fait, les soins dentaires connaissent une véritable sollicitation en comparaison aux décennies précédentes.

Parmi les recours les plus utilisés pour retrouver un sourire hollywoodien, on retrouve la fameuse prothèse dentaire. Avant destinée exclusivement aux personnes du troisième âge, la prothèse dentaire connait aujourd’hui un engouement sans précédent. Quelles sont donc les spécificités de cette alternative esthétique du sourire parfait ? Comment sont catégorisées les prothèses dentaires ? Et surtout, est-ce abordable ?

Qui peut bénéficier d’une prothèse dentaire ?

Si vous ne le saviez pas déjà, la prothèse dentaire est un dispositif bucco-dentaire fait sur mesure, qui a pour but principal la correction du sourire. La mise en place d’une prothèse dentaire passe par plusieurs étapes, dont la première qui est la plus importante : le constat de l’état de la dentition. Bien évidemment, il faudra se rendre dans un cabinet dentaire en premier lieu. Le dentiste procédera à une inspection rigoureuse de votre bouche, le but étant de déterminer si vous êtes un candidat éligible à la pose d’une prothèse dentaire. Il existe en effet, plusieurs contre-indications qui peuvent compliquer la pose de la prothèse, parmi lesquelles on retrouve le plus souvent :

  • L’état osseux (qualité et quantité).
  • La grossesse.
  • Pathologies cardiaques et osseuses.
  • Traitement immunodépresseur.
  • Chimiothérapie.

Toutes ces conditions peuvent, jumelées à l’effet d’une prothèse dentaire, altérer de façon modérée ou grave la santé du patient. C’est la raison principale pour laquelle un bilan de santé datant de moins d’une année vous sera demandé lors de cette première séance d’identification.

Quels sont les types de prothèses dentaires disponibles ?

Les contractions des muscles mandibulaires sont le motif principal pour la prescription d’une prothèse dentaire. À la longue, ce phénomène peut induire au grincement non contrôlé de la dentition (bruxisme), qui est un facteur déclencheur de caries en lui-même. Il est donc primordial de choisir la prothèse dentaire adaptée à chaque situation, et ce, pour éviter toute complication. Aujourd’hui, grâce au progrès de la technologie, il existe deux grands types de prothèses dentaires complètement différentes de par leur pose, leurs caractéristiques, ainsi que leur prix. On distingue donc :

  • Les prothèses dentaires fixes.
  • Les prothèses dentaires amovibles.

La prothèse dentaire fixe, plus coûteuse et surtout plus robustes, est connue du grand public depuis déjà près d’un siècle ! Bien que plus récentes, les prothèses amovibles connaissent, à l’heure qu’il est, une popularité égale si ce n’est supérieur à celle des prothèses dentaires fixes.

Les prothèses dentaires fixes partielles

La prothèse dentaire fixe, comme son nom l’indique, est la version non-modulable du dispositif. En d’autres termes, une fois posée, elle ne pourra être retirée qu’en présence du dentiste. Son usage est prescrit pour des cas nécessitant une certaine robustesse et pour les situations permanentes (trou, lésion, dévitalisation de la dent, etc.). Il faut savoir que la prothèse dentaire fixe n’existe pas uniquement en un seul modèle, elle se décline de plusieurs façons pour mieux s’adapter à chaque cas. On distingue notamment la plus connue de cette catégorie, la prothèse dentaire partielle.

La couronne comme prothèse dentaire

Bien que très connue par le public, la couronne n’est pas toujours considérée comme une prothèse dentaire en elle-même. C’est totalement faux ! La couronne dentaire est un dispositif esthétique extérieur à l’environnement bucco-dentaire, et fait donc partie de la famille des prothèses dentaires partielles. Elle est essentiellement utilisée dans le cas de dents abîmées, qui ne présentent pas assez de tissus osseux pour une reconstruction composite ou un plombage par exemple. Le dentiste va utiliser la racine de la dent endommagée comme support pour la couronne, qui va agir comme une espèce de « capuchon », et couvrir la dent affectée. On retrouve notamment 3 types de matériaux utilisés comme ciment dentaire :

  • La prothèse dentaire en résine.
  • La prothèse dentaire en céramique.
  • Les alliages métalliques.
  • Les céramo-métalliques (ou cermets).

La prothèse dentaire sous forme de bridge

Le bridge dentaire (ou pont en français) est une autre technique de pose de prothèses dentaires fixes partielles. Cette solution est surtout prescrite dans le cas d’une unique dent manquante. Comme son nom l’indique, elle repose sur le principe du pont entre deux dents saines. Le dentiste va utiliser les dents avoisinant celle qui aura besoin d’un traitement comme un appui pour la prothèse de remplacement. Le procédé est simple : les 2 dents support sont taillées de façon à encastrer la dent implant, de cette manière elle reste en place sans avoir besoin de moignon.

La prothèse dentaire Inlay/Onlay comme solution

C’est également une solution de comblement localisée, elle repose sur le principe du moulage d’une fente ou d’un trou dans la dent abîmée, et le coulage d’un ciment dentaire spécial. Généralement, l’Inlay est effectué sur la partie interne de la dent, alors que l’Onlay sera préconisé pour les parties cassées de celle-ci. Pour combler les fentes, le dentiste utilisera soit un ciment composite, soit une pâte céramique traitée. Avant toute chose, une empreinte de la dent fissurée sera effectuée, ce qui permettra au prothésiste dentaire de reproduire à l’exact la forme de la dent en négatif. Une fois le moule formé, l’Inlay ou Onlay sera placé sur la dent de façon à combler complètement les orifices disgracieux formés sur celle-ci.

Les prothèses dentaires fixes à caractère total

Il existe d’autres types de prothèses dentaires fixes qui sont, cette fois-ci, réservés aux situations demandant plus de travail. On parle ici notamment de perte totale des dents d’une section assez importante, qui rendrait l’utilisation d’une des méthodes précédentes inefficace.

La prothèse dentaire fixe sous forme d’implant

L’implant est une solution assez invasive, le support de celui-ci prend la forme d’une vis qui va jouer le rôle de la racine. Le dentiste va procéder à la fixation de celle-ci dans l’ossature de la mâchoire, il pourra ensuite y apposer l’implant dentaire qui sert de remplacement. Comme il s’agit d’une microchirurgie, l’implant dentaire est généralement apposé en grand nombre (6 ou plus) et fait donc partie de la catégorie des prothèses dentaires totales.

La facette totale comme prothèse dentaire fixe

Enfin, le dernier cas de figure concerne la facette dentaire totale. Il s’agit tout bonnement d’une coque en céramique ou en composite, qui va venir masquer l’aspect disgracieux des dents affectées. Elle se pose généralement en grand nombre, et est placée sur les dents comme un appareil dentaire. La facette totale représente l’alternative la moins coûteuse à un traitement d’orthodontie.

La prothèse dentaire amovible et ses déclinaisons

Venons-en maintenant à l’autre grande catégorie des prothèses dentaires. Beaucoup plus souples d’utilisation et surtout plus économiques, les prothèses dentaires amovibles en séduisent plus d’un grâce à leur facilité de port et à leur versatilité. Elles offrent l’avantage de la liberté d’utilisation au porteur et surtout, elles ne sont pas définitives ; ce sont des prothèses dentaires provisoires. Bien sûr, il existe des cas où la prothèse dentaire amovible tiendra très longtemps avant d’être remplacée, mais de manière générale, toutes les prothèses amovibles ont une durée de vie limitée.

La prothèse dentaire stellite

Elle constitue la solution la plus globalement utilisée, c’est en fait une prothèse partielle qui sert à remplacer un segment de la dentition. Faite à partir de résine, elle est attachée grâce à de petits crochets en métal qui viendront se fixer sur la partie supérieure ou inférieure de la gencive, selon le cas. Elle sert principalement à combler un vide créé par la perte d’une ou de plusieurs dents, à condition que celles-ci soient assez rapprochées.

La prothèse dentaire amovible totale

Plus communément appelée dentier, elle suit exactement le même principe que la prothèse dentaire stellite. La seule différence est que cette prothèse est destinée au comblement complet de la dentition du haut ou du bas de la bouche. Les prothèses dentaires du haut sont conçues pour tenir par effet de capillarité. Quant à la prothèse dentaire du bas, elle est généralement moins tolérée par les patients et devra être stabilisée à l’aide d’une colle dentaire quotidiennement.

À quel prix peut-on se procurer une prothèse dentaire ?

Comme n’importe quel traitement, la pose d’une prothèse dentaire a un prix. Fort heureusement, la sécurité sociale prévoie bien un plan de remboursement pour les prothèses dentaires en tous genres à hauteur de 70 %. Pour mieux vous éclairer face à l’aspect économique de cette opération, nous avons récolté pour vous quelques cas de prothèses dentaires et leurs tarifs :

  • Couronne en cermet : entre 350 et 1 200 euros.
  • Couronne en céramique : entre 600 et 1 500 euros.
  • Prothèse Inlay : entre 130 et 300 euros.
  • Bridge : entre 1 300 et 2 000 euros.

L’implant dentaire est assez onéreux car son prix oscille entre 1 300 et 2 400 euros. Pour ce qui est de la prothèse dentaire amovible totale, elle vous coûtera entre 1 230 et 2 500 euros. La prothèse amovible partielle quant à elle, est plus abordable avec un prix variant entre 380 et 550 euros.